Olivier Maria , lowcarbfrenchie.com

J’ai débuté le régime cétogène il y a 5 ans, après avoir découvert les secrets de l’énergie infinie en utilisant les matières grasses comme source d’énergie. À l’époque, ma passion pour les sports d’endurance grandissait et je subissais régulièrement des hypoglycémies que les canettes de soda et les viennoiseries faisaient passer.

5 ans après avoir éliminé les glucides et le sucre raffiné, je ne sais plus ce qu’est une hypoglycémie, je roule des heures sans baisse de régime car ma glycémie est parfaitement stable.

Alors que je basais mes ravitaillements sur le fromage, le œufs, le chocolat noir et les noix, la découverte de Holyfat l’année dernière a été une révélation : les pochons de purées d’oléagineux m’ont accompagné pendant toutes mes sorties depuis 1 an. Je suis fan de leur texture et de leur goût, et l’énergie qu’ils me procurent est incomparable.

C’était donc une évidence pour moi de remplir mes sacoches et mes drop bags de Holyfat pour prendre le départ des 2500 km en autonomie de la Race Across France.

Les 7 jours, 17 heures et 29 minutes que m’ont pris la traversée de notre beau pays de la méditerranée au Touquet en traversant les Alpes pour foncer vers le Mont Saint Michel ont été incroyables.

Rouler entre 16 et 22 heures par jour pour une moyenne de 320 km par tranche de 24 heures (ma plus longue trace GPS fût de 500 km dans les Alpes avec une nuit d’une heure au milieu), découvrir tant de paysages, gravir tant de cols dans la même journée a été grisant. Alors quand on ajoute à cela la dimension de la course, le chronomètre qui ne s’arrête jamais et qui devient une obsession, les concurrents-partenaires qui nous poussent à continuer une heure de plus quand ce n’est pas prudent, l’aventure prend un sens tout particulier.

M’arrêter dans les boucheries et les supérettes pour me ravitailler en pâté, en salade de concombre et en blocs d’emmental mangés à pleines dents m’ont donné l’énergie nécessaire pour vaincre cette épreuve. Les purées et les barres Holyfat ont complété mon régime d’ultra-cycliste en m’apportant ce supplément d’énergie tellement important lorsque le corps tout entier demande de s’arrêter mais que la tête sait qu’il faut passer le col avant la nuit.

J’étais déjà absolument fan des purées d’oléagineux (avec une mention spéciale pour les goûts cacao-sel et vanille) qui remplissaient ma gourde en silicone, mais les nouvelles barres sont maintenant aussi un vrai coup de cœur. Leur texture parfaite, leur goût chocolaté sans amertume malgré l’absence de sucre et la pointe de sel… Quel délice ! 

Lorsque la course devenait difficile, la simple idée de pouvoir manger une barre dans l’heure qui suivait me rendait le temps moins long et les kilomètres plus doux.

Il ne me reste maintenant qu’à réfléchir à la prochaine aventure, dont Holyfat sera le carburant principal sans aucun doute !