HOME > BRUTAL MAG

Julien Rabier, GravelMan Verdun Paris

GravelMan Series - Les Gravel de légendes

Tout savoir sur les GravelMan Series
Embarquez sur l'édition 2022 du GravelMan Verdun-Paris avec Julien Rabier
Julien Rabier s’est lancé le défi de participer au GravelMan Verdun - Paris, vendredi 11 novembre,350km de vélo. L'ambassadeur Holyfat revient pour nous sur son aventure.
Vendredi 11 novembre, 5h44, c’est avec quelques minutes d’avance que je
quitte le parking de cet hôtel à Verdun pour m’enfoncer dans le
brouillard. Cela afin de rejoindre Paris au bout du parcours de 350km de
ce Gravelman auquel je participe en version route.

Je ne l’ai pas encore trop dit mais, aujourd’hui, mon idée est d’aller
vite. Du moins d’aller aussi vite que je le peux. J’ai envie de me
tester et vraiment d’évoluer à mon rythme. Envie de voir si
l’entraînement et l’expérience accumulée encore cette année me
permettent une meilleure gestion de l’effort.

Il y a une chose que je sais, j’ai besoin de beaucoup manger ! C’est
donc les poches remplies que je suis parti.

Même si j’ai pris un petit déjeuner correct, j’entame rapidement une
purée Holyfat café. Je veux rentrer de la calorie dès le début pour ne
pas être mal plus tard. Pourquoi café ? Bah parce que c’est tôt le matin 

Il ne fait pas extrêmement froid mais le taux d’humidité est très élevé.
J’ai un problème de sensibilité des mains au froid… Parfois même à 10/12
degrés je suis dans le mal de côté là… Mais, plutôt que d’assurer le
coup avec des gros gants, j’ai tenté un combo de 3 couches fines. Encore
une fois, c’est pour me tester… Avec 2 couches j’ai vite mal, en
enfilant la 3ème c’est gérable… De toute façon j’ai prévu un équipement
vestimentaire léger en ayant en tête que, si j’ai froid, ça me motivera
à rouler vite 

Et, peut-être est-ce dû au froid, rapidement j’ai un petit creux. Je
dégaine alors une première barre Cacahuète que je consomme en 2 ou 3
fois. Je ferai de même un peu plus tard.
Julien Rabier, GravelMan Verdun Paris
Côté hydratation, j’ai 2 bidons sur mon vélo : 1 d’eau claire et l’autre
avec des électrolytes Holyfat. Gingembre pour commencer puis menthe pour
la suite. Au total j’aurais passé 3 sachets. L’eau restant fraîche en
cette saison cette boisson est encore plus agréable à boire et
clairement plus sympa que l’eau plate (sans parler de son intérêt pour
rentrer des sels minéraux).

Par contre je trouve que je ne bois pas assez. Les nombreuses pauses
pipi du matin m’indiquent que je suis quand même bien hydraté mais,
l’après-midi, j’ai senti une fois qu’il me fallait un peu plus de
liquide dans la système. Une sensation que je commence à bien connaître
et donc j’ai pu réagir immédiatement.

Les kilomètres défilent, parfois un peu moins vite quand ça grimpe, mais
j’avance à bon rythme. Le tout est de continuer de m’alimenter
régulièrement et surtout de réussir à calmer mon estomac qui crie famine
au bout d’un moment. Je sais que, si je n’avale pas un truc genre
sandwich ou repas un peu consistant toutes les 3h30, 4h, j’ai 1h30
devant moi avant que ça ne devienne compliqué 

J’avais donc préparé des sandwichs avec du bacon et du comté. Pas
toujours le plus simple à faire glisser en roulant mais ça passe. Ça
reste un point à améliorer car j’ai eu de petits coups de mou après les
avoir mangé. Peut-être que ça n’aurait pas été le cas si je m’étais
arrêté pour ça… Mais, comme le but était de descendre le moins possible
du vélo mais aussi de gérer l’épreuve uniquement avec ce que j’avais
embarqué… Quoi qu’il en soit, ça atténuait la sensation de faim et,
après un chouille de digestion, redonnait du jus.

Le brouillard peine à se lever mais se dissipe le temps de traverser
quelques vignes aux couleurs d’automne, magnifiées par un rayon de
soleil et animées par quelques envolées d’étourneaux. Ce passage
restera, je pense, mon plus beau souvenir niveau paysage sur ce
parcours… Faut dire qu’ensuite… avec encore du brouillard on a pas vu
grand chose 
Julien Rabier, GravelMan Verdun Paris

Mais ce brouillard apporte quand même cette ambiance mystique que
j’apprécie. Du calme aussi. Il rajoute ce petit quelque chose qui fait
sentir qu’on est en pleine aventure. Enfin vous me direz ce que vous en
pensez.

Dans la matinée une purée Cacao-Sel a quitté ma poche également et, dans
l’après-midi ce sont 2 purées Macadamia-Vanille qui m’ont nourri en
alternance avec d’autres barres ou gâteaux. Sans oublier les sandwichs.
J’aime varier les plaisir, consommer ce qui me fait plaisir sur le
moment ou qui, je le sais, me fera repartir à bloc.
Julien Rabier, GravelMan Verdun Paris
Cette purée vanille, je l’apprécie de plus en plus. J’aime la consommer
après quelques heures d’effort. Quand des goûts plus forts s’apprécient
moins. Et puis, je ne sais pas pourquoi, mais elle me rebooste bien.

Je suis déjà dans les derniers kilomètres, à l’entrée de Paris, après
avoir bombardé le long du canal de l’Ourcq. Des derniers kilomètres qui
paraissent interminables tant la traversée de la capitale est un enfer.
Mais voilà, après un peu moins de 15h de balade, c’est fait ! Et même
que je suis content de moi .

J’ai réussi à gérer les moments de creux. Que ce soit un petit manque
d’énergie ou cette douleur au dos après avoir grimpé. Il suffit de lever
un peu le pied, de manger et d’attendre que ça passe avant de se
remettre au boulot.

En tout j’aurais consommé une quinzaine de barres et purées ainsi que 2
sandwichs et demi (1 sandwich = 2 tranches de pain de mie complet, 2
tranches de bacon, 1 petit morceau de comté). Je ne suis sûrement pas le
plus économe en bouffe mais, perso, c’est ce qu’il me faut ! 

Leave a comment

Please note, comments need to be approved before they are published.